COORDONNÉES

1 Quai Lices Berthelot, L’Isle-sur-la-Sorgue, France
Téléphone : 04 90 20 85 86
Fax : 04 90 20 13 45

Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 14h00 à 18h30

Le samedi de 9h00 à 12h30

PRENDRE RENDEZ-VOUS

Prendre RDV sur internet

Strabisme

Définition :

Les mouvements des yeux sont sous la dépendance des muscles oculomoteurs (eux-mêmes commandés par les nerfs). Un sujet normal a les yeux « droits », c’est-à-dire que les axes visuels sont parallèles. Cela permet une vision simple et une bonne perception du relief.
Le strabisme est un mauvais alignement des yeux : « ils louchent ».
Le strabisme peut être divergent c’est-à-dire qu’un œil part vers l’extérieur, convergent lorsqu’un œil louche vers l’intérieur, vertical, l’œil part vers le haut ou le bas.
Il existe différentes formes de strabisme. Le plus souvent la mobilité de l’œil est normale. Plus rarement, il existe une déviation due à un dysfonctionnement d’un muscle ou d’un nerf oculomoteur (c’est le cas des paralysies oculomotrices).
Les déviations des axes des yeux peuvent être présents dès l’enfance ou apparaître plus tard au cours de la vie.

Conséquences du strabisme :

Les strabismes apparaissant chez un patient qui avait les yeux droits auparavant occasionnent une vision double (diplopie) car le cerveau ne peut plus unifier les images des deux yeux qui ne sont plus alignés.
Chez l’enfant en général, il n’y a pas de vision double, car le cerveau de l’enfant a la capacité de s’adapter et de neutraliser la double image : dans ce cas, il y a un œil qui fixe et l’œil qui est dévié n’est plus utilisé pour la vision quand les deux yeux sont ouverts. Le risque est le mauvais développement de la vision de l’œil dévié : on parle d’amblyopie.
La plupart des strabismes de l’enfant n’ont pas de cause retrouvée et sont isolés, mais on en rencontre plus fréquemment chez les enfants prématurés et présentant une pathologie neurologique. Ils peuvent aussi être liés à un problème de lunettes, et en particulier l’hypermétropie : un sujet hypermétrope doit faire des efforts inadaptés pour voir net, et ces efforts peuvent être responsables d’un strabisme (strabismes accommodatifs).
Certains strabismes particuliers sont liés au dysfonctionnement d’un muscle avec une mobilité des yeux anormale. Ils peuvent être dus à des maladies neurologiques, vasculaires, tumorales, malformatives. Ces strabismes particuliers sont rares.

Traitement :

– Le port de lunettes :
Il permet d’avoir une vision nette et de diminuer les efforts fournis par les patients et qui entraînent une déviation (certains patients hypermétropes sont guéris de leur strabisme simplement par le port des lunettes).

-La rééducation de l’amblyopie : chez l’enfant, la première priorité est d’assurer que les deux yeux aient la meilleure acuité visuelle possible. Le principe est de cacher le bon œil c’est-à-dire l’œil qui ne louche pas afin d’obliger l’œil qui louche à prendre la fixation.
Il peut s’agir d’un patch qui est collé sur la peau, les lunettes par-dessus, ou bien d’un cache oculaire en tissu glissé sur le verre de lunettes. Le traitement par cache est adapté en fonction des résultats, et doit souvent être prolongé des années (traitement d’entretien).
Quand il existe une diplopie, les principes du traitement reposent sur l’occlusion d’un œil (supprimer la double image), décaler optiquement les images des deux yeux (prismes sur les lunettes), réaligner les axes des deux yeux (chirurgie). 

Chaque traitement a des avantages et des inconvénients et est différent pour chaque patient.

– Le traitement chirurgical :

    –  Indiqué en cas de diplopie chez l’adulte, après stabilisation de la déviation
    –  Chez l’enfant, si la déviation persiste et se voit. La chirurgie se fait souvent entre 3 et 6 ans mais peut se réaliser plus tardivement y compris à l’âge adulte
    –  Avant 2 ans , on peut réaliser une injection de toxine botulique le plus souvent dans les muscles droits médiaux

Retour haut de page